Vos questions sont entre de bonnes mains

Puits perdu

Partager
Envoyer par email

Les premiers puits sont apparus très tôt dans l'histoire des hommes, et n'ont depuis cessé d'être perfectionnés afin de correspondre aux usages que l'on souhaitait leur donner : puits artésien, puits perdu, forage géothermique ou puits d'infiltration.

Chaque forage a un emploi bien défini.

Le puits perdu : une évacuation des eaux de pluie

Le puits perdu a pour unique fonction l'évacuation des eaux pluviales, c'est-à-dire les eaux issues des précipitations atmosphériques.

D'autres eaux y sont assimilées :

  • eaux provenant d'arrosage des jardins,
  • eaux provenant du lavage des voies publiques ou privées,
  • eaux provenant des fontaines,
  • eaux provenant des sources,
  • eaux provenant de la vidange des piscines après dé-chloration.

Les eaux pluviales sont régies par l'article 681 du Code civil : « Tout propriétaire doit établir des toits de manière que les eaux pluviales s'écoulent sur son terrain ou sur la voie publique ; il ne peut les faire verser sur le fonds de son voisin. »

Contrairement aux eaux usées, le raccordement des eaux pluviales au réseau public d'assainissement n'est pas obligatoire.

Le puits perdu reste cependant une technique de dispersion désormais interdite. On y préférera le système de puits d'infiltration.

La réalisation d'un puits perdu : une technique ancienne

Le puits perdu est un trou vertical creusé dans le sol, souvent consolidé par des couronnes en béton perforées.

Il est préférable de laisser au moins 4 mètres de distance entre les fondations de l'habitation et le puits perdu.

Par ailleurs, quel que soit le forage, il conviendra de :

  • Ne pas forer à moins de 5 mètres d'une route.
  • Ne pas forer à moins de 40 m d'un cimetière,
  • Ne pas forer à côté :
    • d'une fosse septique,
    • d'une fosse à fumier,
    • d'un champ agricole.

Le puits perdu en fonction de la nature du sol : des dimensions adaptées

Vous trouverez ci-dessous un tableau récapitulatif des dimensions possibles d'un puits perdu en fonction du type de sol où creuser :

Nature du sol Dimensions puits perdu
Sol imperméable :
  • argile ;
  • sol humifère ;
  • marne, etc.
  • Trou de 5 à 25 m de profondeur.
  • Ø 1,50 m.
  • Couche de gravier : 50 cm environ.
Sol perméable :
  • sol limoneux ;
  • sol sableux ;
  • sol calcaire.
  • Trou de 2,5 m de profondeur.
  • Ø 0,80 m.
  • Couche de gravier : 20 cm environ.

Le puits perdu : les étapes de construction

Une fois l'emplacement choisi et le trou réalisé, il suffit de réaliser le puits perdu en respectant les étapes de construction suivantes :

  • Placer une couche de gravier calibre 40/60.
  • Recouvrir la couche de graviers d'une plaque de béton perforé.
  • Placer des anneaux de béton sur la hauteur du trou : les anneaux peuvent être cimentés entre eux au mortier.
  • Remplir le puits ainsi formé de grosses pierres.
  • Recouvrir les pierres de :
    • tissu géotextile recouvert de terre ;
    • ou d'une plaque de béton.
  • Y faire aboutir les tuyaux d'évacuation d'eau pluviale.

Le puits perdu : l'achat d'une cellule puits perdu

Si vous ne vous sentez pas l'âme d'un bricoleur, il est possible d'acheter une cellule de puits perdu toute faite.

Cette cellule est à enterrer sur un lit de sable parfaitement plan recouvert d'un tissu géotextile.

L'entrée se fait alors en PVC Ø160.


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question


Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

Avec notre newsletter hebdo, recevez enfin des réponses fiables à vos questions du quotidien dans votre boite aux lettres !

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.